bioalgerie Index du Forum

bioalgerie
Ce forum est spécialement dédié a toute personne qui cherche a faire une agriculture biologique en Algérie et a être autosuffisant.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Février : Au rucher , Le vol de propreté , La dysenterie , Réunion de colonies , Écarter les faibles , Occulter le trou de vol !!

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    bioalgerie Index du Forum -> index -> apiculture
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
alexielsama
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Juil 2014
Messages: 47

MessagePosté le: Jeu 21 Aoû - 20:16 (2014)    Sujet du message: Février : Au rucher , Le vol de propreté , La dysenterie , Réunion de colonies , Écarter les faibles , Occulter le trou de vol !! Répondre en citant

Février : Au rucher , Le vol de propreté , La dysenterie , Réunion de colonies , Écarter les faibles , Occulter le trou de vol !!


Au rucher
Avant tout, la paix, aussi longtemps que le froid de l'hiver persiste, les indications de janvier restent valables. Si quelqu’un s’inuuiète de savoir si une colonie vit encore, il écoute au trou de vol; il entend un léger bourdonnement et il sait que tout est en ordre. On peut aussi glisser délicatement un fin tuyau dans le trou de vol et y écouter.

Le vol de propreté
Parfois, il y a quelques belles journées; la température monte à midi vers 10 à 12 °C et les abeilles volent. Nous nous réjouissons et, le soir, nous examinons le rucher, si, pendant la journée, nous n’avons pas eu la possibilité d’assister au vol des différentes ruches.

Les abeilles se soulagent et vident leurs intestins des restes de la consommation hivernale et cela est très important pour un développement sain. Si le rucher se trouve près des habitations, nous recommandon aux voisines de ne pas suspendre leur lessive à l'extérieur, car elle pourrait être souillée (de même que les autos parquées à l'extérieur). Parfois, on conseille de balayer la neige devant le rucher. Nous n’en sommes pas partisans et ce n’est pas grave si quelques abeilles viennent y mourir. Elles ajouteront leurs cadavres à ceux qui s’accumulent sur le plancher de la ruche. D‘ailleurs, il n’y en a pas beaucoup.
Bien souvent, l‘hiver recommence après 2 ou 3 jours et les abeilles reforment leurs grappes. Pour l’apiculteur, le vol de propreté constitue un soulagement.


La dysenterie




Ce n’est pas une vraie maladie. Il arrive qu’une colonie souffre de dysenterie. Le trou de vol et le front de la ruche sont parsemés de grosses taches d‘excréments ; les abeilles courent, inquiètes, autour du trou de vol et, lorsqu’on examine la colonie, le soir, on constate qu‘elle bourdonne d’une façon plus perceptible : la colonie est orpheline depuis un certain temps ; les abeilles n’ont pas eu un siège hivernal calme et elles ont consommé beaucoup. Leur rectum est surchargé et elles n‘ont pas eu le temps d'attendre un prochain vol. (Les cadres sont aussi très souvent souillés.) Il faut intervenir immédiatement et on peut le faire par n'importe quelle température.
Réunion de colonies


Si la colonie est forte et pas trop maculée, elle sera réunie rapidement avec un nucleus ou une petite colonie. Avec les ruches à hausses multiples, c'est assez simple. On enlève le couvercle et le couvre-cadres de la ruche orpheline qu‘on remplace par un journal percé de quelques petits trous faits avec la pointe d’un couteau et on place la caisse contenant la colonie saine, sans fond par dessus.

Cette opération est très rapide. Dans le bas. les abeilles excitées prennent rapidement conscience de la présence de la reine au-dessus ; elles se calment et, dans les prochaines heures, le papier sera rongé et la réunion est réalisée.

Si on le veut, on peut alors enlever la caisse inférieure devenue inutile.Avec une ruche armoire, on agit de même ; là, le nucleus est placé après avoir enlevé quelques cadres vides à côté ou derrière la colonie orpheline, ou simplement dans la chambre à miel. lci également, nous prenons, comme dans toute autre réunion, du papier journal que nous plaçons entre les deux colonies qui se sentent étrangères. En procédant de cette façon, nous n’avons pas eu d‘échec lors de la réunion, quelle que soit la saison à laquelle nous opérions. Il est toujours plus facile de déloger rapidement un nucleus intact et calme que des abeilles orphelines de leur reine et agitées.
Écarter les faibles


Si une colonie est orpheline, atteinte de dysenterie, réduite à 3 ou 4 cadres et fort souillée, il ne faut pas hésiter et la soufrer. On procède le soir, lorsque tout vol est terminé ; on enlève 2 ou 3 cadres de la ruche et on place une boîte métallique à conserve contenant une mèche de soufre allumée après avoir, au préalable, fermé le trou de vol. Avec le soufre, il faut être prudent lors de la manipulation, car il coule et continue à brûler très longtemps. Le plus souvent, une demi-portion suffit. On l’allume par le bas, on la place en oblique dans la boîte de conserve et on referme rapidement la ruche.
Il faut toujours rester aux environs, jusqu’à ce que le soufre soit totalement brûlé. Les abeilles sont très vite mortes et on peut les enlever rapidement. Les cadavres sont enterrés, les cadres souillés seront brûlés, même s’ils contiennent encore quelque nourriture.

Si, pour une raison quelconque, on dispose de cadres de nourriture propres excédents, on peut les essorer et cuire la nourriture extraite qui pourra être utilisée ultérieurement. Mais, la plupart du temps, ce travail n‘est pas rentable. Le matériel vieux, souillé, est de toute façon brûlé ou détruit. Parfois, des ruchers entiers sont atteints de diarrhée, lorsque des bruits permanents provenant de toits, tels que claquements des branches qui cognent un obstacle dérangeant continuellement les colonies. L’apiculteur doit veiller à ce que les bruits disparaissent.


Occulter le trou de vol

Même, si février est encore hivernal, le soleil s’élève plus haut et a plus de force. Si les trous de vol des colonies sont orientés vers le sud, ou le sud-ouest, nous les occultons pour éviter que les rayons solaires ne pénètrent directement dans la ruche. Les abeilles sont incitées au vol par la lumière et la chaleur qui frappent les façades et les trous de vol. L‘environnement est encore froid, beaucoup d‘abeilles s‘engourdissent et ne rentreront pas dans la ruche. Ces pertes continues sont constatées lorsqu'une longue période ensoleillée tombe pendant cette saison encore froide. Nous y obvions en plaçant une planche ou une tuile devant le trou de vol. Certaines ruches sont équipées d’un système avec trous de vol décalés ; les abeilles doivent toutefois toujours disposer de suffisamment d'air sur les côtés ou en haut pour pouvoir s'envoler facilement. Dès que la température dépasse les 10 °C, les colonies, même celles qui ont été occultées, commencent à voler. Si le front des ruches n'est pas exposé au soleil de midi, il ne faut rien faire. 
le trou de vol , en direction du sud-est , s'est toujours montré efficace .


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 21 Aoû - 20:16 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    bioalgerie Index du Forum -> index -> apiculture Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com